Récit d’un panchakarma à Coimbatore, Inde, Tamil Nadu

1er jour, samedi 3 juillet

shutterstock_83516281Départ 11h15, aéroport de Genève pour Abu Dhabi, 6 heures 25 de vol. Je pars contente pour cette nouvelle expérience après une grosse fatigue physique et émotionnelle. Je vais en effet découvrir l’Inde ayurvédique dans un hôpital spécialisé et vivre un soin de « nettoyage » complet : le panchakarma.

D’emblée, une rencontre se passe avec la femme assise à côté de mon siège qui à priori ne m’intéressait pas particulièrement dans ma quête de calme et de repos. Elle m’adresse la parole et nous sympathisons. Nous parlons pendant les 6 heures 25 de vol, de spiritualité et nous finissons presque amies ; elle m’offre un livre pour m’encourager dans ma voie professionnelle et ma recherche spirituelle, qu’elle me dédicace. Je crois qu’il n’y a pas de hasard et un voyage initiatique s’annonce… À Abu Dhabi, l’on se quitte, non sans avoir été aidées par un jeune employé indien coopératif qui nous a pris dans sa voiturette d’aéroport. Là encore, nous sommes surprises par la voie spontanée et de 1ère classe qui nous est gentiment offerte. Je pense revoir ma nouvelle amie spirituelle et pleine d’idées riches et originales.

Départ d’Abu Dhabi pour Chennai ( Madras ) et arrivée 4h10 heure locale. Retrait du bagage et « check in » aux vols domestiques. La partie locale de l’aéroport n’a rien à voir avec la partie internationale. Je me trouve en Inde avec ses bruits, ses couleurs, ses odeurs, sa vie animée et son organisation déconcertante lorsque l’on vit en Occident. Un peu stressée et très fatiguée, je prends le vol domestique pour ma destination : Coimbatore, la terre rouge… « Welcome to India !»

2ème jour, dimanche 4 juillet

Arrivée à Coimbatore ! Un taxi de l’Arya Vaidya Chikitsalayam (AVC), la clinique ayurvédique, m’emmène directement dans ma « lodge ». Il s’agit d’un petit appartement avec salon TV, cuisine, chambre, toilette et salle de massage. Tout est propre mais c’est l’Inde.
Il faut s’habituer aux bruits surtout, car tout est bruyant même les oiseaux qui croassent dans le parc de la clinique, par ailleurs heureusement très arborisé. Petit coup de « blues » et moment de panique! Je me demande comment je vais supporter cet endroit plus de trois semaines et seule, ce d’autant plus que la personne qui devait m’expliquer les lieux n’est pas là, car on est dimanche.  Néanmoins, on me trouve plein de gens très aimables pour me dépanner et m’aider. L’un m’installe le câble internet, l’autre va me chercher un adaptateur pour 40 roupies, des dames m’installent des rideaux partout aux fenêtres, rendant l’endroit moins froid et impersonnel. Ouf,  je respire et commence à apprivoiser les lieux en m’installant et m’organisant.

694Une jeune doctoresse ayurvédique passe avec ses aides (prise de poids ouille !.. et pouls. Je suis étonnée par la jeunesse de la doctoresse et je ne me sens pas en confiance avec l’impression qu’elle n’a pas l’expérience requise. J’apprendrai par la suite qu’elle a 28 ans et qu’elle est considérée comme une « senior Dr ». Ma réaction d’énervement est typique pour un déséquilibre Pitta en Ayurvéda. La jolie doctoresse sourit, garde son calme et examine mon dossier. Ma tension est normale. Le traitement, on le devine, sera axé sur une perte de poids et un nettoyage du corps accompagné d’une paix de l’esprit. Pendant tout le séjour, je serai en contact avec plusieurs médecins.

On me propose un petit déjeuner, une galette appelée « dosa » avec diverses sauces et du thé au lait. Cela passe et toute la journée on me nourrit légèrement. Déjeuner à 12h30 composé de riz basmati et de « talis » de légumes, pois chiches et épices. J’ai demandé une diète non épicée, sachant que même non épicée, ça le sera quand-même… À préciser, qu’il s’agit d’une diète ayurvédique végétarienne à but thérapeutique avec les saveurs nécessaires pour moi, soit surtout amères et astringentes pour la détoxication ! Demain, je verrai la nutritionniste qui m’en expliquera d’avantage et le cuisinier est passé très aimable. À 16heures, j’ai même  droit à un petit biscuit sec et à une tisane de gingembre, un régal. Et à 16 h30, un massage de 45mn (sur une table en bois dur, un pagne sur les fesses) aux huiles thérapeutiques procuré par une dame d’un âge certain mais d’expérience. S’y ajoute un peeling de la peau avec de la terre végétale et des plantes. Ensuite, elle me douche avec une bassine d’eau chaude et sans pudeur car je suis nue « comme un ver » mais avec délicatesse. Je me sens en pleine forme et revigorée alors que j’étais très fatiguée du voyage. Ensuite, on m’apporte une décoction amère  de plantes à boire (toujours dans un but de nettoyage). Dur, dur ! j’aime pas du tout même si je sais que cela me fera du bien et une soupe de riz pour le souper.

La doctoresse suisse qui m’a envoyée dans ces lieux est sur place et viendra me voir peut-être ce soir encore si je ne suis pas trop fatiguée. Avant d’aller au lit je vais devoir boire à nouveau une potion très amère… Je sens que cela va être une grande expérience thérapeutique de nettoyage et oui c’est cela le pancha karma ! Ce n’est que le début mais pour l’instant ça roule…